À propos Contact Plan du site

22 septembre 2007 - 31 décembre 2007

Présentation

Le Musée de l’Armée et le Musée d’Histoire contemporaine-BDIC en collaboration avec le CNRS, associent leurs équipes, leurs collections et leurs espaces pour présenter l’exposition « Amours, Guerres et Sexualité – 1914-1945 ».

Cette exposition a l’ambition de présenter un sujet nouveau : à la croisée de l’histoire des guerres et de l’histoire du genre, il s’agit de comprendre comment et en quoi les deux guerres mondiales ont affecté les relations entre les hommes et les femmes, civils et militaires, au niveau le plus intime, celui du rapport amoureux et de la sexualité. Ce thème est développé à la fois sur le plan des pratiques, des imaginaires et des représentations.

S’aimer, dire et faire l’amour, en temps de conflits, tout est bouleversé. La séparation d’abord, puis les événements militaires et leurs multiples conséquences soumettent l’intimité des couples à rude épreuve et perturbent les pratiques amoureuses et sexuelles. On s’écrit, on fantasme, mais l’absence génère des situations exceptionnelles. La sexualité sous ses formes les plus diverses préoccupe les autorités qui tentent d’en contrôler les pratiques (conjugalité, adultère, homosexualité, prostitution…) ; elle devient une affaire d’Etat.

Malgré la guerre et les difficultés, certains couples parviennent à se retrouver ; d’autres se forment au hasard des déplacements de troupes, des rencontres et des cohabitations, parfois même entre nations ennemies. La sexualité sert aussi d’arme pour agresser l’ennemi et pénètre au cœur du conflit. Les sévices sexuels sont pratique courante sur les théâtres d’opération, atteignant physiquement et moralement les individus dans leur intimité (viols, mutilations, prostitution forcée, femmes tondues…)

Et lorsque le conflit prend fin, comment l’amour et la sexualité reprennent-ils leur cours ? La guerre imprègne l’identité même des individus, la paix ne permet pas toujours un retour à l’état antérieur.

L’aspect visuel est privilégié à travers la scénographie réalisée par l’agence Pylône et par les pièces exposées. Plus de 480 œuvres sont réunies : objets, affiches officielles, affiches de films, cartes postales, peintures, photographies, auxquels s’ajouteront des correspondances privées, des journaux intimes, des coupures de presse, des œuvres littéraires et poétiques. L’habillage sonore de l’exposition est assuré par des archives sonores et filmiques, des textes lus, des musiques et des chansons intégrés à chaque séquence.