À propos Contact Plan du site

5 octobre 2010 – 30 janvier 2011 (Avant-première le 2 octobre pour la Nuit Blanche)
Musée du quai Branly

Présentation

Cette exposition témoigne d´une histoire fascinante : comment une communauté d’immigrés a créé une culture unique en laissant sa propre culture d’origine s’imprégner des influences, coutumes et croyances de leur pays d’adoption.

À Singapour, le terme « Baba » désigne un « homme chinois » et, par extension, les descendants des communautés chinoises qui se sont intégrées dès le 14e siècle dans le sud-est asiatique et qui ont incorporé au fil des siècles de nombreux aspects de la culture malaise dans leur culture d’origine. Le « Baba » désigne aussi le chef de famille qui a intégré des éléments de la culture européenne, via ses parents et ses grands parents pendant la période coloniale.

L’intégration interculturelle qui s’amorce avec ce processus est une leçon d’ouverture d’esprit et de tolérance, deux sujets plus que jamais d’actualité. L’exposition présente un ensemble d’environ 480 pièces de la culture luxueuse et raffinée - et parfois « bling bling » - de ces communautés chinoises implantées à Singapour.

Les objets présentés - mobilier, textiles ornés de perles et de broderies, porcelaine… - qui empruntent leurs formes, motifs et couleurs aux cultures chinoises et malaises, marquent l’identité des Peranakan. Ils datent pour la plupart de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Cette période correspond à un important essor économique ayant permis à de nombreuses familles chinoises de Singapour de s’enrichir. Elle marque ainsi l’apogée des communautés Peranakan qui s’est matérialisée en partie par un art de vivre dont la maison était le cœur et le signe extérieur le plus important.

Sur le Web : www.quaibranly.fr
Documents joints
Communiqué de Presse